jeudi, avril 15, 2021
Accueil Bien-Etre Covid-19 : la recherche du bien-être devenue une priorité

Covid-19 : la recherche du bien-être devenue une priorité

L’incroyable nombre de personnes touchées par la pandémie de la Covid-19 a énormément affecté le mental des Français. En effet, beaucoup d’entre eux sont devenus conscients de la fragilité de l’organisme et de la nécessité d’en prendre soin. Alors, pendant les périodes de confinement, beaucoup se sont adonnés à des pratiques de bien-être chez eux. Lorsqu’ils en ont eu la liberté, ils étaient très nombreux à demander l’aide de professeurs de yoga ou de kinésiologues. La demande était tellement importante que quelques-uns de ces coachs en étaient exaspérés.

La pratique du Yoga pour s’aérer la tête

Comme dit plus haut, certaines personnes se sont mises au Yoga déjà pendant la première période de confinement. Beaucoup d’entre elles étaient des débutantes, et s’y sont mises pour ne pas sombrer dans la panique et le stress, également nuisibles au bien-être. Ces nouveaux élèves en Yoga ont donc eu droit à des cours en ligne, avec des professeurs qualifiés, dont Aurélie Andreos. Même s’il y avait un manque de contact, certains ont pu garder le rythme et retrouver un peu de « paix intérieure ». D’autres par contre, démissionnent en cours de chemin, par manque de patience et de motivation.

Aurélie Andreos dispense normalement des cours de Yoga à Berg-sur-Mozelle, de même qu’à Volkrange. Elle intervient également dans une crèche au Luxembourg. Dans l’intervalle de temps qui séparait les deux périodes de confinement, elle se rendait chez ses patients à domicile. Elle a affirmé qu’elle était « énormément surprise » par les nombreux appels à différents niveaux de personnes qui demandaient des séances avec elle. Elle a même dû refuser ses services à quelques personnes, ce qu’elle n’avait jamais fait. « La recherche du bien-être est devenue une priorité », affirme-t-elle.

recherche du bien être
Crédit : Pixabay

Des séances de massage pour un profond apaisement

La crise sanitaire du coronavirus a paralysé bon nombre d’activités, dont ceux des centres de bien-être comme les salons de massage. Malgré la demande croissante, les praticiens en massage ne pouvaient pas recevoir des clients. C’est le cas, par exemple, de Bérengère Chupin, qui pratique du massage bien-être à Knutange. Il s’agit en fait de la présidente du Nid du bien-être de Thionville. Elle déclare qu’à la levée du premier confinement en mai, elle a aidé plusieurs femmes enceintes en phase terminale à se détendre, en leur proposant sa spécialité : le massage prénatal.

Par ailleurs, Bérangère est actuellement sollicitée pour aider des personnes à gérer leur stress. Elle est aussi interpellée par d’autres personnes souffrant d’insomnies. Elle explique, en effet, que le massage bien-être stimule la production d’hormones et contribue à diminuer les douleurs.

recherche du bien être
Crédit : Pixabay

La kinésiologie comme remède à l’angoisse née des confinements

Si le confinement a été l’occasion pour certains de prendre du repos, surtout vis-à-vis des lourdes tâches au travail, l’expérience a été un peu différente chez d’autres personnes. En effet, d’après les propos de la kinésiologue Aude Becker beaucoup de personnes ont souffert d’angoisse pendant et après la première période de confinement. Plusieurs d’entre claustrophobes se sont retrouvées seules face à elles-mêmes, sans aucune échappatoire. Cette situation a provoqué chez ces personnes de l’incertitude, du pessimisme et de la tristesse : « Les gens ont perdu leurs repères », disait Aude Becker.

Pour la deuxième période de confinement, le gouvernement français a on ne peut plus assoupli les restrictions. La kinésiologue Aude Becker a donc pu exercer son métier chez bon nombre de patients. Néanmoins, elle mentionne que ce reconfinement a aggravé le cas de certaines personnes. Elle explique cependant, en sa qualité de coach, que le remède pour ces personnes est de débloquer leurs émotions. Pour ce faire, elle emploie souvent l’image d’un sac à dos contenant des cailloux, dont le nombre augmente progressivement jusqu’à ce qu’ils fassent craquer le sac. D’après Aude, il s’agit d’un processus qui permettra au patient de libérer ses muscles.

En somme, les pratiques de bien-être sont efficaces en tant que remèdes contre les effets des confinements.

Chloé Leroy
Rédactrice Web depuis plus de 10 ans pour divers magazines d'actualité et de blogs à thématiques variée, je viens ici me perfectionner au journalisme en ligne au sein de ce journal de Renom.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

LES PLUS POPULAIRES

COMMENTAIRES RECENTS