samedi, novembre 27, 2021
AccueilActualite LittéraireCélébrade : un recueil qui rend hommage à Brigitte Bardot

Célébrade : un recueil qui rend hommage à Brigitte Bardot

Bernard Anton rend hommage à Brigitte Bardot pour son 87 ème anniversaire ce 28 septembre

Bernard Anton, Ph.D est un artiste aux nombreuses facettes. Auteur de plus d’une cinquantaine de livres différents, il publie aussi bien à l’étranger, au Québec qu’en France. Ce poète est très engagé dans la cause écologique, un élan que l’on retrouve dans son recueil de poèmes, les Célébrades. Ce projet littéraire a vu le jour chez Les Impliqués Éditeurs en mai 2021. Le poète est le seul créateur de cet ensemble de poèmes. Il s’agit donc d’une compilation de haïkus : avec une moyenne de 4 à 6 haïkus par page. L’ouvrage promet une lecture légère et spontanée, grâce à une forme pratique à lire, idéale en de nombreuses circonstances.

Cet ouvrage complet exploite en profondeur les inspirations de l’auteur, en débutant avec la présentation de Brigitte Bardot, icône de la protection animale et inspiration très largement populaire auprès des artistes de tous bords, depuis ses débuts et sa consécration. De plus, la première partie du livre lui est dédiée. L’auteur se mêle parfois à ses propres contemplations, comme étant une figure intégrante de l’existence qu’il dépeint sous sa forme la plus sauvage.

En toile de fond, Anton dresse une nature vivante, où Brigitte Bardot apparaît en déesse guerrière, représentante de l’injustice subie par les animaux. Son enveloppe physique est célébrée, au même titre que sa bravoure : le poète a insufflé son amour et son admiration, même son désir pour cette image qu’il s’est forgée d’une Brigitte Bardot « éternelle ».

Autre thématique éternelle, dont le cycle ne s’achève jamais et qui plaît particulièrement à son auteur Bernard Anton : les saisons. L’hiver a droit à sa propre section : ses Hivernades. Sans doute parce que l’auteur vit au Québec, il y dépeint une nature gelée et vivante à la fois, sublime, où l’excitation s’est figée pendant quelques mois. Au cours de ses haïkus, Bernard Anton met l’accent sur les sensations et sur les 5 sens : la vue, le toucher, l’odorat, le goût et l’ouïe : une approche que l’on retrouve aussi dans ses Amourades. Un style bref, concis qui prend la forme d’un hommage à l’amour et sa légèreté. L’écrivain cherche à présenter divers couples et amours, des histoires différentes dont on ne sait rien. Cela peut rappeler les promenades de toute personne s’étant mêlée à la société moderne et occidentale. Même si l’humain cherche à se démarquer et à mettre une distance avec la nature, il en fait partie.

Dans ses Naturades, le poète s’écarte de ses observations concernant l’hiver et les gens, pour se focaliser sur tous les aspects des saisons, tout au long de l’année. C’est un moment de poésie visuelle, où les couleurs se mélangent aux textures. Les animaux agissent au sein de cette nature : des situations tristes ou joyeuses se mêlent au renouveau perpétuel. Les haïkus n’ont pas été tous écrits lors d’une seule et même journée : les situations décrites concernant certaines circonstances propres à la nature sauvage.

Les Quotidienades sont l’équivalent des Naturades, en milieu urbain et matérialiste. Plutôt que de décrire la routine d’un oiseau, on va parler d’humains plus ou moins ancrés à la société, peu importe leur statut. L’éphémère de chaque instant : conversation, geste, odeur se prêtent particulièrement au haïku. Les Randonades permettent de placer l’auteur, le poète lui-même au cœur de cette nature qu’il apprécie tant. Au cours de cette « longue marche », le poète s’exprime et évolue au sein de sa campagne. Puis, petit à petit, le monde s’ouvre à lui. L’on peut découvrir des références à d’autres pays, cultures et civilisations, par le biais de petites références : des détails dans un large tableau, qui attire l’attention du lecteur et du poète.

La thématique du voyage est une manière audacieuse de refermer ce recueil, puisqu’il permet, à la manière des Célébrades de Brigitte Bardot, de traiter « toutes les thématiques » en une seule et même section. Par le biais du voyage et de « l’ailleurs » exotique, Bernard Anton clame son amour pour l’éternelle beauté des gens et de la nature, tout en adoptant une posture contemplative et parfois nostalgique et mélancolique.

Les poèmes que l’on peut lire dans le livre Célébrades sont courts et leur message est clair. Une couverture simple et épurée, une mise en page simple à lire et tout en finesse, nous accompagnons l’auteur lui-même et ses rêves qui s’imbriquent dans les nôtres. Détail et remarque importante, qui pourrait résumer le ton humble de l’ouvrage (malgré une présentation de tous les ouvrages annexes, rédigés par le poète) : l’artiste s’est privé des règles orthographiques (ponctuation), afin de marquer son recul quant aux grandes choses. L’ouvrage des Célébrades permet à tous ceux qui souhaiteraient découvrir le profil poétique, artistique et engagé de son auteur.

Cette forme de poésie vraie ne diabolise rien et n’embellit pas la réalité : elle semble avoir pour vocation principale d’exprimer une réalité qui se suffit, dans les petites choses de la vie quotidienne, qu’il s’agisse de notre société humaine et structurée, qui se croit invincible ou bien par les choses triviales de la nature. Un message d’espoir, qui invite à la réflexion, sans pour autant s’engager sur des sentiers complexes et controversés : une lecture rythmée et bien organisée, qui incite à vivre plus sereinement et à mieux regarder et percevoir l’environnement menacé.

http://www.bernardanton.com/

Ibsn : 2343231133

10.50€ 

A lire également : Viens !

n9wshttps://www.n9ws.com
Rédacteur en chef du magazine, j'exerce sur internet depuis ces débuts et suis toujours à l'écoute des dernières actualités à partager.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

LES PLUS POPULAIRES

COMMENTAIRES RECENTS