jeudi, avril 15, 2021
Accueil Economie Accord commercial post-Brexit : bonne nouvelle pour le monde entier selon le...

Accord commercial post-Brexit : bonne nouvelle pour le monde entier selon le prochain président Suisse

Depuis le 31 janvier 2020, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a été actée à la suite d’un long processus. Le processus avait pris son départ avec un référendum en 2016. Après la consommation du divorce, Londres et Bruxelles sont parvenus à trouver un accord historique ce 24 décembre 2020. L’accord concerne les relations après le Brexit même si le processus qui a conduit là a été long. Dans un entretien accordé au journal Sonntags Zeitung ce dimanche 27 décembre, le prochain président suisse et ministre de l’Économie Guy Parmelin a estimé que l’accord commercial post-Brexit entre l’UE et la Grande-Bretagne est « une bonne nouvelle pour le monde entier. »

Bonne nouvelle pour la Suisse

Pour l’homme qui assumera dès le 1er janvier 2021 la présidence tournante de la Suisse, l’accord commercial est une bonne nouvelle « pour la Suisse aussi ». Il s’agit en effet, de la première réaction de la Suisse après que cet accord fut trouvé. À propos de ce qu’il pourrait signifier concernant les négociations actuellement en cours entre l’Union européenne et la Suisse, Guy Parmelin n’a cependant apporté aucun commentaire. « Nous attendons maintenant le texte et analyserons l’ensemble de la situation, » a-t-il affirmé.

Pour de nombreux experts, le gouvernement suisse serait sous pression afin de trouver un meilleur accord avec l’Union européenne en vue d’atténuer les impacts économiques du Brexit. En 1992, la Suisse avait refusé une nouvelle fois d’intégrer l’Union européenne. Berne avait plutôt voté en faveur d’accords bilatéraux avec l’UE. Toutefois, en 2008 l’Union avait refusé tout nouvel accord avec la Suisse tant qu’un accord-cadre qui fixe les conditions des relations, notamment économiques, entre Bruxelles et Berne ne soit trouvé.

La Suisse retarde les négociations

Par ailleurs, le dossier de l’accord-cadre institutionnel entre l’UE et la Suisse semble n’avoir pas bougé depuis plusieurs années. Les discussions devraient normalement reprendre après que le peuple suisse eût refusé l’initiative populaire de limitation. Une initiative qui visait la résiliation pure et simple des accords bilatéraux existants. Du côté de l’UE, on attend avec impatience que les négociations reprennent en vue de parvenir à la conclusion de l’accord-cadre. Il est en effet, reproché à la Suisse de retarder les choses.

En outre, la crise sanitaire due au nouveau coronavirus a immanquablement redéfini les priorités en ralentissant les processus. Pour d’autres, il semble que l’UE ne soit aussi plus pressée. Après le vote sur l’initiative de limitation, la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a salué le résultat du vote tout en invitant le gouvernement suisse à poursuivre les négociations sur l’accord-cadre. Toutefois certaines personnes estiment que les relations avec la Suisse ne sont pas une priorité pour elle. Cette lenteur dans les négociations pourrait également s’expliquer par une réorganisation du personnel au sein de l’UE. Une situation qui a conduit à la vacance du poste de négociateur en chef pour le dossier.

accord commercial
Crédit : Pixabay

Les anti-accords-cadres

En Suisse, plusieurs personnes ont marqué leur opposition à l’accord-cadre. L’Union démocratique du centre (UDC), partie droite conservatrice, a une position critique sur l’accord. Lors de la session parlementaire d’hiver, l’UDC avait saisi l’opportunité pour remettre le débat à l’ordre du jour. Ils avaient déposé plusieurs interventions à ce sujet. Le député Thomas Aeschi, de l’UDC avait en ce qui le concerne, demandé l’abandon pur et simple de l’accord-cadre. Pour lui, il s’agit d’une « nouvelle édition du traité néocolonialiste d’adhésion à l’Espace économique européen », dont la ratification « serait politiquement répréhensible ». Selon lui, l’accord n’a d’autres sens que la « soumission » et la « reddition » de la Suisse. Une interprétation de l’accord qui est approuvé par les autres députés de l’UDC qui ont des points de vue similaires.

 

Murielle Moreau
Médecin généraliste en hôpital depuis plus de 20 ans, je viens apporter mon expertise au site N9ws.com. En cette période de pandémie, les lecteurs réclament toujours plus de précisions et d'explications quant aux faits qui nous arrivent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

LES PLUS POPULAIRES

COMMENTAIRES RECENTS